Réactions Facebook

On a testé : Les « Réactions » Facebook

Le règne de l’incontournable “Like” est-il terminé ? Nouveauté ! Depuis quelques jours, vous pouvez détester un contenu sur Facebook. Et non, toujours pas de bouton “Je n’aime pas” à l’horizon… En revanche, il est désormais possible d’exprimer sa tristesse ou son désarroi à la communauté : on dit merci aux “Réactions”.

Les “Réactions”…
…petit nom donné aux nouveaux boutons, sagement installés à côté du traditionnel “pouce en l’air”. S’esclaffer, être surpris, triste ou en colère, c’est aujourd’hui possible, grâce à ces petits pictos. Un petit coeur rose tout mignon pour adorer ou un émoji tout rouge pour dire qu’on est pas content, les internautes ont le choix entre 6 émotions. Le « Yay » ne sera pas des leurs, jugé trop insignifiant par les tests utilisateurs.

Des émoticônes ? Encore et encore…
Facebook c’est le roi des émojis. Sur l’application Messenger du réseau social, le panel est impressionnant. Entre les têtes rondes et jaunes, vous trouverez des pandas qui travaillent, ou des petits chiens amoureux. C’est donc tout naturellement, que le géant intègre les émojis pour réagir aux contenus. C’est le résultat d’une année entière de recherches, afin de répondre au mieux aux attentes de sa communauté.

“Tous les moments que vous voulez partager ne sont pas heureux. Parfois, vous aimeriez partager quelque chose de triste ou de frustrant. La communauté demande un bouton “Je n’aime pas” depuis des années, mais pas pour dire qu’ils n’aiment pas la publication. Les gens veulent pouvoir exprimer leur empathie. Nous y avons beaucoup pensé avec mon équipe et mon but était de rendre ces “réactions” aussi simples que le bouton “like”.”
Mark Zuckerberg

Sachez que…
Facebook rassure : son algorithme considère chacune des réactions comme des “Likes”. Pas d’inquiétude à avoir ! Le choix de la réaction n’a aucun impact sur le reach de la publication. En revanche, il est préférable de s’y attendre. Prochainement, l’algorithme sera modifié, afin que chaque réaction aie sa propre influence. Vous êtes prévenus !

En un mot, l’objectif de Facebook est de s’en servir pour sa collecte d’infos.
Le réseau social souhaite se baser sur ces réactions, pour faire évoluer son algorithme à terme. En effet, mieux détectées, les réactions face au contenu permettront de personnaliser le fil d’actualité Facebook. Cet hyperciblage mènera simplement à fuir les publications obsolètes et à jongler entre les émotions avec un mélange de posts positifs et négatifs.

À TOI DE CHOISIR TON CAMPS, CM !

like : “Ok, cool. C’est cool. Tout va bien. RESPIRE.”

love : “Oui, je sais que je suis génial.”

haha : “Ah, toi aussi tu trouves ça super drôle ?”

WOW : “Rooo… un rien te choque…”

sad : “Tu pleures ? Bien, objectif atteint.”

grrr : « C’est trop tard pour supprimer ? ok, réunion de crise. »

Alors, on adhère ou pas ?
Les réactions n’ont pas fait l’unanimité. Le « Like » c’était rapide, expéditif, presque un réflexe. Le temps de réfléchir quelle émotion choisir, et on passe déjà à autre chose. Mais bon, sur le coup c’était rigolo… Voilà.

Category: Réseaux sociaux

Tags:

Article by: Marie Huet

mautic is open source marketing automation